logo

Toni Morrison on U.S. Insularity

French translator Alison Anderson pointed me to this article from Bibliobs the literary section of the weekly French newsmagazin Nouvel Observateur.

Interesting what Toni Morrison has to say about the Horace Engdahl/American insularity situation:

Toni Morrison. – Je pense que ces propos reflètent effectivement, au moins en partie, la conception que se fait l’Académie suédoise de son prix de littérature. Car elle décerne tout le temps le Nobel à des Américains dans les autres domaines, mais en littérature, elle considère qu’ils ont quelque chose d’insulaire. Il se pourrait qu’il y ait un peu de narcissisme de la part des Américains, mais les talents ne manquent pas. L’autre problème est celui de la traduction. Je pense avant tout que nos éditeurs américains, quelle que soit l’importance des auteurs étrangers, n’achètent pas les droits de leurs œuvres. Ainsi, je ne savais même pas qui était cet homme [J.M.G. le Clézio, lauréat 2008].

Paraphrasing (loosely), she says that there’s a bit of narcissism on the part of Americans when it comes to the Nobel for literature, but that there are a lot of talented American writers. More interestingly, she points to the fact that editors don’t buy enough rights to foreign authors, so she didn’t even know who Le Clezio was . . .



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.